Blog

Meet the ECI Family: Mama Salomé

Mrs. Salomé Byenda Kaliza

Community Engagement Manager

With ECI (Asili) since 2013

Does your name have a special meaning?

Byenda means the ninth child of the family.

What do you like about working for ECI?  

I started working for Asili in 2013 as a consultant. I accompanied visitors to the communities to study the environment before the implementation of the Asili project. I interpret local languages ​​into English to facilitate communication between visitors and members of different communities. I was drawn to Asili’s services because they meet the basic needs of the communities. Water supply, health and agriculture are the primary needs of human life. Asili put the human being at the center of its project.

What do you do during your typical workday?

During my typical workday, I wake up every day at 5 a.m. to do morning prayer. After that, I cook lunch for my children. At 8 am at the office, we discuss the day’s activities with the supervisor. At 9 am, we get into the vehicle to go to the field.

At the moment we have six zones and every week we circulate in all these zones. In all these areas, I do social marketing in households (door to door), in associations, in churches, in focus groups, in grassroots communities, in schools, in the market (with megaphone), in neighborhoods and streets. The aim is to educate people about the quality and affordability of Asili services in order to increase the number of users of these services.

In addition, I teach the correct way of washing hands in schools, in the streets, on the football field, in churches, in households, in associations, in order to prevent children, especially, from diseases such as cholera, typhoid fever, Ebola, Covid 19, diarrhea.

Mama Salomé leads an Asili handwashing activity for a local elementary school

I organize community visits to know that Asili services are appreciated and well used. I collect the reactions of the communities and staff in the field. I educate community members on the prevention of cholera, Ebola, Covid 19 and other diseases from dirty hands. I give training to the water mamas on social communication to attract customers.

What makes you happy?

I prefer all Christian music, read the bible and share the word of God with others, raise chickens and goats, visit the flower garden, visit family members and friends, share the meal with the family members, friends and acquaintances. When I am not at work, I like to visit the sick in their homes and in hospitals.

I felt happy working for Asili when I noticed that the death rate of people in the Kabare area has dropped significantly as a result of drinking water from Asili.

To illustrate my joy, I want to share a story from my life: I lived in Rwanda for 7 years before 1994 but I had never had the opportunity to even enter the enclosure of the Mille Collines hotel. Thanks to my work at Asili, I was invited to a borderless team visit in January 2019 in Rwanda. I could sleep, eat, play sports, in the hotel where years before I couldn’t enter. In 2018, I was honored to visit America and attend the Changemakers Gala to present my idea on the importance of teaching children to wash their hands properly, an idea that was supported by generous donors. It is a memory I will never forget and for which I am very grateful.

Responsable de l’engagement communautaire

Avec ECI (Asili) depuis 2013

Votre nom a-t-il une signification particulière ? 

Byenda signifie la neuvième enfant de la famille.

Qu’aimez-vous à propos de travailler pour ECI/Asili ?  

J’ai commencé à travailler pour Asili depuis 2013 en tant que consultante. J’accompagnais les visiteurs dans les communautés pour faire l’étude du milieu avant l’implantation du projet Asili. J’interprète les langues locales en Anglais pour faciliter la communication entre les visiteurs et les membres des différentes communautés. J’ai été attiré par les services de Asili car ils répondent aux besoins primaires des communautés . L’adduction d’eau, la santé et l’agriculture constituent les besoins primaires de la vie humaine. Asili a mis l’être humain au centre de son projet.  Je me suis sentie heureuse de travailler pour Asili quand j’ai remarqué que le taux de mortalité des personnes a diminué sensiblement dans la zone de Kabare suite à l’eau potable d’Asili.

Que faites-vous pendant votre journée de travail typique ?

Pendant ma journée de travail typique, je me réveille chaque jour à 5h du matin pour faire la prière matinale. Après cela, je prépare le déjeuner pour mes enfants. A 8h au bureau, nous discutons avec le superviseur des activités du jour. A 9h, nous entrons dans le véhicule pour aller sur le terrain. 

Pour le moment, nous avons six zones et chaque semaine nous circulons dans toutes ces zones. Dans toutes ces zones, je fais du marketing social dans les ménages ( porte à porte), dans les associations, dans les églises, dans les groupes focaux des différentes personnes, dans les communautés de base, dans les écoles, au marché (avec mégaphone), dans les quartiers et rues. L’objectif est d’expliquer aux gens la qualité et le prix abordable des services Asili afin d’augmenter le nombre des utilisateurs de ces services .

En addition, je transmet l’enseignement sur le lavage correct des mains dans les écoles, dans les rues, sur le terrain de football, dans les églises, dans les ménages,  dans les associations,  afin de prévenir surtout les enfants des maladies des mains sales, telles que le choléra, fièvre typhoïde, Ebola, Covid 19, diarrhée. 

J’organise des visites dans les communautés pour savoir que les services Asili sont appréciés et bien utilisés. Je récolte les réactions des communautés et des staffs du terrain. Je sensibilise les membres des communautés sur la prévention de la choléra, Ebola, Covid 19  et autres maladies des mains sales. Je donne la formation aux fontainières sur la communication sociale pour attirer les clients.

Qu’est ce qui vous rend heureux ?

Je préfère toutes les musiques chrétiennes, lire la bible et partager la parole de Dieu avec les autres, faire l’élevage des poules et chèvres, visiter le jardin des fleurs, visiter les membres de la famille et les amis, partager le repas avec les membres de la famille, les amis et les connaissances.  Quand je ne suis pas au travail, j’aime visiter les malades chez eux et dans les hôpitaux.

Pour illustrer ma joie, je vous donne une histoire de ma vie : J’ai vécu au Rwanda pendant 7 ans  avant 1994 mais je n’avais jamais eu l’occasion d’entrer même dans l’enclos de l’hôtel Mille Collines. Grâce à mon travail chez Asili, on m’avait invité dans une visite des équipes sans frontières en Janvier 2019 au Rwanda. Je pouvais dormir, manger, faire du sport, dans l’hôtel ou des années avant je ne pouvais pas rentrer.  En 2018, j’ai été honorée de visiter l’Amérique et de participer au Changemakers gala pour présenter mon idée sur l’importance d’enseigner aux enfants le lavage correct des mains, une idée qui a été supportée par des donateurs généreux. C’est un souvenir que je n’oublierai jamais et dont je suis très reconnaissante.

« Return to Blog